16.04.2014
22:12
2.9°C
selge Aujourd’hui
7..10°C
vahelduv Demain
7..12°C
vahelduv Après-demain
9..14°C
 
  MON TALLINN

Les 10 attractions principales

 
11.07.2013

Vous cherchez le meilleur des attractions offertes par la Tallinn Card ? Cette liste des dix favorites, établie à partir des réponses fournies l’année dernière par les utilisateurs de la Tallinn Card, montre quels ont été les sites les plus visités et les services les plus utilisés. Nous vous recommandons cependant de ne l’utiliser que comme point de départ : il y a beaucoup plus à faire et à voir !

 

1. Kiek in de Kök

Le nom de cette massive tour d’artillerie haute de 38 mètres signifie littéralement « un coup d’œil dans la cuisine ». Elle était si haute que les gardes de l’époque disaient, pour plaisanter, qu’ils pouvaient voir à travers les cheminées jusque dans les cuisines des maisons qui se trouvaient en contrebas.

Les visiteurs du musée verront des exemples de la puissance de feu médiévale, une explication de la façon dont le complexe des remparts et des tours s’est développé au fil des siècles, et enfin une exposition sur la criminalité et les châtiments dans la Tallinn du moyen âge.

Le musée donne également accès à un réseau fascinant de souterrains qui courent sous les bastions du flanc sud de la colline de Toompea.

 


2. Tallinn City Tour

Ces bus colorés à deux étages circulent dans Tallinn, rendant l’exploration de la ville à la fois facile et amusante. Un commentaire audio est proposé en dix langues différentes. Vous pouvez descendre du bus à n’importe quel arrêt, explorer les environs, puis reprendre le bus ou remettre la suite de votre excursion à plus tard. Trois circuits différents sont proposés :

La ligne Bleue vous fera traverser les faubourgs historiques de Tallinn jusqu’à Rocca al Mare, où vous pourrez visiter le Musée estonien en plein air, le zoo et un centre commercial. Au retour, le trajet traverse Kalamaja et marque un arrêt au port des hydravions.

La ligne Verte relie le centre-ville au quartier de Pirita et retour. Ses 12 arrêts comprennent : le parc de Kadriorg, le palais de Maarjamäe, le couvent Sainte-Brigitte, le Jardin botanique et la tour de télévision.

La ligne Rouge, consacrée au centre-ville, comprend dix arrêts dans ce périmètre, avec entre autres Kumu et les musées des Beaux-Arts de Kadriorg, Lasnamäe, la zone portuaire et Kalamaja.


3. Musée d’Histoire de l’Estonie – maison de la Grande Guilde

Ce vaste musée présente l’histoire de l’Estonie des temps préhistoriques à la fin du XXe siècle. Des films et des dispositifs interactifs montrent la façon dont les habitants ont vécu, combattu et survécu depuis 11.000 ans. Le cabinet des monnaies « Faire de l’argent avec tout » montre les moyens de paiement très variés qui ont eu cours sur le sol estonien au fil de l’histoire. Au sous-sol, « Le pouvoir de l’élite » présente l’histoire du bâtiment lui-même. La salle des armes présente les guerres et les armes au fil des âges, avec un simulateur qui reproduit le son de chacune des armes exposées.

Le musée se trouve dans un bâtiment du XVe siècle, la maison de la Grande Guilde, qui constitue une relique spectaculaire du passé de Tallinn. On n’est pas étonné d’apprendre que ce bâtiment imposant, avec ses pignons, son porche gigantesque et ses heurtoirs à tête de lion, a appartenu à la Grande Guilde. Les membres de cette association, qui devaient être marchands, allemands et mariés, contrôlaient le Conseil de la ville.


4. L’église et la tour de Saint-Olav

À une époque – de 1549 à 1625, pour être précis –, cette église du XIIIe siècle a été le plus haut bâtiment au monde. Hélas, sa flèche gigantesque, qui culminait à 159 mètres et était sans doute conçue comme un repère pour les navires à l’approche, se révéla aussi un excellent paratonnerre. Au cours de son histoire, la flèche a été frappée régulièrement par la foudre, et la structure a brûlé complètement trois fois.

Elle est aujourd’hui moins haute, mais ses 124 mètres dominent encore largement la plupart des édifices de Tallinn, et elle demeure un symbole important de la ville. D’avril à octobre, les visiteurs peuvent entreprendre l’athlétique escalade de sa portion en pierre et jouir d’une vue fantastique sur la Vieille Ville, la colline de Toompea et le port.


5. Musée Estonien de la Marine

Ce musée expose l’histoire estonienne du point de vue maritime, capital pour le pays, avec des instruments de pêche du néolithique, d’antiques équipements de plongée, et même la timonerie intégrale d’un chalutier des années 1950. Il occupe quatre étages de la tour de la Grosse Margaret, mais ne manquez pas d’emprunter l’escalier menant jusqu’au toit, qui vous permettra de découvrir une vue digne d’une carte postale sur le port et la Vieille Ville.


6. Tour TV de Tallinn

Les visiteurs de la tour haute de 314 mètres commencent la visite par un film en 3D sur la tour, une exposition interactive sur les plus importantes réalisations des Estoniens à travers les âges et un survol fascinant de l’histoire de la tour elle-même. Ils se dirigent ensuite vers la plateforme d’observation et le café situés à 170 mètres – le point le plus haut que l’on puisse atteindre dans le pays. Un programme spécial panorama permet de grossir dix fois la vue. Les visiteurs peuvent enregistrer des messages dans le studio de télévision de la tour et les diffuser dans le monde.Le bâtiment accueille des concerts, des représentations, des expositions et des événements en plein air, tout au long de l’année.

7. Souterrains des bastions

bastion tunnelsComme toute ville médiévale qui se respecte, Tallinn a son lot de souterrains, avec en particulier les tunnels défensifs construits à l’époque de la domination suédoise, au XVIIe siècle. En ce temps-là, l’obsession d’une attaque était constante, aussi avait-on construit des bastions, hautes murailles protectrices situées à l’extérieur de la cité fortifiée. Des souterrains avaient également été creusés sous les remparts afin de permettre l’acheminement de soldats et de munitions là où c’était nécessaire, et bien sûr pour espionner les ennemis.Certains de ces tunnels avaient été oubliés. Ce n’est qu’en 2003 que les ouvriers creusant des fondations à proximité du musée des Occupations tombèrent sur un réseau pentagonal de tunnels aux parois revêtues de calcaire, datant de la fin du XVIIe siècle.


8. L’église du Saint-Esprit

À proximité de la place de l’Hôtel de Ville se dresse une église blanche resplendissante, surmontée d’une tour octogonale. C’est l’église du Saint-Esprit, édifiée au XIVe siècle, une construction spectaculaire tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

L’horloge peinte, très élaborée, qui orne sa façade est la plus ancienne horloge publique de Tallinn : elle date de la fin du XVIIe siècle. Ne manquez surtout pas l’intérieur en bois sculpté, avec des trésors tel l’autel du XVe siècle peint par le fameux artiste lubeckois Bernt Notke, ou l’une des plus anciennes chaires d’Estonie, qui remonte à 1597.


9. Église Saint-Nicolas

Des saints, des squelettes dansants, beaucoup d’argent – sans oublier quelques concerts d’orgue : voici les principales attractions de cette imposante église du XIIIe siècle. Fondée par des marchands allemands venus de l’île de Gotland vers 1230, cette construction solide fut conçue pour servir également de forteresse, à une époque où les remparts de la ville n’existaient pas encore. L’édifice survécut aux destructions occasionnées par la Réforme en 1523, mais il fut moins heureux au XXe siècle, lorsque les bombes de la deuxième guerre mondiale le détruisirent. Depuis sa restauration dans les années 1980, l’église Saint-Nicolas est devenue un musée consacré à l’art religieux, avec comme pièce maîtresse la célèbre, splendide mais sinistre Danse macabre de Bernt Notke.


10. Lennusadam (Port des hydravions)

À l’aide des moyens multimédia les plus modernes, le port des hydravions, situé dans le quartier de Kalamaja connu pour ses maisons en bois, fait le récit passionnant de l’histoire maritime et militaire de l’Estonie : tout un « océan de découvertes » pour toute la famille, sur une zone immense, puisqu’il faudrait près de deux millions de feuilles au format A4 pour la couvrir. L’exposition, comprenant plus de deux cents objets, donne une vue très colorée de l’histoire de l’Estonie.

Seaplane Harbour (short type seaplane)

Le sous-marin Lembit, de construction britannique, avec ses 600 tonnes, est la pièce maîtresse du nouveau musée. Construit en 1936 pour la marine estonienne, il a servi sous pavillon soviétique durant la deuxième guerre mondiale. Il est resté en service pendant 75 ans : lorsqu’il a été tiré au sec en 2011, c’était le plus vieux sous-marin au monde encore en activité. En dépit de sa longue histoire, le Lembit est encore en excellente condition et permet de se faire une idée de la technologie des années 1930.

Un autre objet passionnant est la réplique grandeur nature d’un Short Type 184, hydravion britannique d’avant la deuxième guerre mondiale, qui était également utilisé par les forces armées estoniennes. Le Short Type 184 a sa place dans l’histoire militaire pour être le premier aéronef ayant attaqué un vaisseau ennemi grâce à une torpille lancée depuis les airs. Aucun de ces hydravions n’ayant survécu, la copie présentée à Tallinn est la seule représentation grandeur nature de cet hydravion existant dans le monde.


 
Web solution by Wiseman